Ousmane Sonko a livré, ce soir lors d’une allocution, son sentiment sur le procès pour viols et menaces de mort dans lequel il risque une peine de 10 ans de réclusion criminelle. 
Même s’il n’était pas présent, le candidat à la Présidentielle a visiblement suivi de près le déroulement de l’audience au point de déceler des « contradictions de la partie civile ». « J’ai toujours dit qu’il n’y avait pas de preuve. Ni la partie civile ni le procureur n’ont été capable d’en produire. Pensez-vous que je sois en manque pour aller violer une femme. Je n’ai jamais eu de rapport avec cette femme. Tout le monde sait que c’est un complot entre Mamour Diallo et maître Gaby So. La partie civile a affirmé être enceinte et est revenue pour dire que c’était un piège. L’ensemble des témoins ont été  à décharge. Et c’est là qu’ils sont partis chercher un témoin que personne ne connaît pour mettre en marche leur plan ». Un plan qui selon Ousmane Sonko a pour but de « détruire son image ». Par ailleurs, le maire de Ziguinchor a déploré le comportement du juge avec Ndeye Khady Ndiaye. « Le leader de Pastef averti: « On a jamais vu tant de violations des droits d’un accusé. Ndeye Khady Ndiaye, femme enceinte de 8 mois, a été jugé sans la présence d’un avocat. Ce qui est une chose inédite dans l’histoire de notre justice ».Ousmane Sonko affirme que « ce qui s’est passé hier est une honte pour tout sénégalais”.  “Et c’est pourquoi je disais qu’il fallait dès le début mettre un terme à cette affaire », affirme-t-il. Poursuivant, le maire de Ziguinchor tient  comme à l’accoutumée le Chef de l’Etat  pour responsable. « Il a donné des instructions au procureur en passant par Ismaïla Madior Fall. Sa volonté est d’éliminer un adversaire politique », a-t-il laissé entendre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *